Rechercher

LA MOTIVATION, C'EST QUOI DANS L'FOND ?

Mis à jour : avr. 7



Définir le bien-être, c’est une grosse job. Le genre de job pour laquelle, si je me faisais embaucher, j’aimerais vraiment ça être payé à l’heure. Le bien-être, c’est vraiment plus large que l’dos du gars à ton gym qui déjeune 5-œufs-tournés-stéro-dans-l’sirop. Parce que l’affaire avec le bien-être, c’est que ça peut être abordé sous plusieurs angles : la santé physique et psychologique, la stabilité financière, les relations saines, etc.

Moi, débordante d’audace et d'ingéniosité, je vais tout mettre ça dans un gros bol à salade, avec bin d’la vinaigrette, et je vais mélanger ça. Et maintenant, je vais te servir ma salade. Pis je vais l’appeler… La motivation.


La motivation, c’est quoi dans l’fond?

La motivation, c’est bref. C’est le petit rush d’adrénaline que tu ressens quand t’as fini ton latte au caramel format venti en cinq minutes pis là, bin hype, tu ressors tes rollerblades, tes running shoes PIS ton ballon de soccer tout en même temps. Mais, comme c’est bref, le temps qu’tu mettes tout ça dans ton entrée, sur le bord d’la porte bin prêt, tu redeviens la fille qui va binge watcher Grey’s Anatomy pour la 7e fois. 


Mais la motivation, c’est durable aussi. Comme quand quelqu’un que t’aimes tombe malade et que ça te pousse à arrêter de fumer d’un coup, mais que ça te brasse assez l’en dedans pour plus jamais recommencer. Comme quand tu réalises que t’es trop vieux pour que ta mère fasse encore ton bol de céréales le matin et qu’tu t’ouvres enfin un CELI pour pouvoir t’acheter une maison.


La motivation, selon moi, c’est quoi? C’est comme une relation. Parce qu’au même titre que faire fonctionner une relation est un enchainement d’efforts, de succès et d’échecs; entretenir ta relation avec la motivation c’est complexe, mais vraiment important. Mais selon moi, ça se fait en 5 étapes faciles (ok, pas si facile que ça, mais lis quand même s'il te plait).


Étape 1 : Réaliser que ce n’est pas, et ne sera jamais, une relation stable

Quand on commence un nouveau projet, l’objectif est si beau, le chemin si inspirant. L’espoir est enivrant. Ça, c’est la motivation. Cette première p’tite bulle de motivation là, c’est comme la « lune de miel » dans un tout nouveau couple. Tout est beau, on est convaincue qu’on pourrait contrer les guerres et la famine avec ce qu’on a. Mais rapidement, la réalité et les difficultés nous rattrapent et la motivation, tout comme la bulle d’amour parfaite, en prend un coup. T’sais le moment où ton chum commence à laisser trainer ses bas sales partout dans l’appart? La motivation, c’est pareil. Ça finit qu’elle se lève plus le matin pour te préparer ton smoothie vert mental et t’encourager à partir ta journée avec des jumping jacks.


La motivation, ça vient par vague. Ce n’est jamais constant. Et c’est la même chose pour tout le monde. Roger, 58 ans, marathonien depuis 40 ans : il est dans le même bateau que toi. Florence, 23 ans, mangeuse de salade professionnelle : elle aussi, même game. Nathalie, 34 ans, mère monoparentale de 3 enfants, lisant des livres de selflove avant de se coucher : même combat.


La première étape pour entretenir une relation saine avec la motivation, c’est d’accepter la réalité inévitable : elle a ses hauts et ses bas. Il ne faut pas abandonner quand elle est un peu moins forte, parce qu’il ne faut jamais douter qu’elle est toujours là, cachée quelque part. Je te promets, elle prend des breaks sur le banc, mais elle revient toujours sur l’terrain.

Étape 2 : Danser avec l’instabilité

Les ups and downs de notre relation avec la motivation sont toujours déstabilisants. C’est difficile à contrôler. Mais, encore une fois, c’est comme une relation d’humain à humain. Moi, j’ai toujours dit que deux personnes en relation doivent former un 100%. C’est préférable que chacun donne son 50%, mais croire que c’est toujours le cas; ce n’est pas réaliste. Il y a des jours où une personne doit donner un gros 80% parce que l’autre membre de l’équipe tire de l’arrière un peu. C’est correct, c’est normal.


Ta relation avec la motivation; c’est comme ça aussi. Des fois, les jours où elle arrive toute seule, à plein régime, qu’elle te rentre-dedans en te permettant de faire ton 5km de course easy breazy, toi pis ta force mentale, vous avez juste à faire 20% d’la job. Ça, c’est nice. Ce l’est un peu moins quand c’est toi qui dois donner ton 80% pis que ça prend tout ton p’tit change pour tenir ton downward dog bien droit. Mais pour maintenir une relation saine avec elle malgré tout, rattache-toi aux bons moments, rattache-toi à ce qu’elle t’apporte quand ça va bien. Accepte que ce ne sera pas toujours facile. Ne lui en veut pas, elle fait comme toi; elle fait de son mieux.


Étape 3 : Assumer que c’est une relation compliquée

Vous allez vous chicaner, toi pis ta motivation. Oh pelaye. Tu vas l’HAÏR de toujours partir trop vite pis de revenir, mais jamais assez longtemps. Mais tu vas quand même vouloir faire ton fier pis dire à tes amis que tout va bien, que votre relation est TE.LLLE.MENT. parfaite, que t’économise PLUS que supposé, que t’as ENCORE fait 2 longueurs de plus qu’hier dans la piscine ce matin. Mais pour être sûr que je ne t’ai pas perdu, rappelle-toi ce qu’on vient d’établir à l’étape 1 : on est tous dans le même bateau. Tout le monde vit la même relation chaotique que toi. Faque assumons-le donc, tous ensemble, qu’on n’est jamais motivé 24/7 pis que, quand j’ai des gauffres Eggo dans le congelateur, je mets volontairement de côté le fait que le déjeuner, c’est le repas le plus important d’la journée. Raconte les vraies affaires aux gens proches de toi, ça fait du bien de partager notre réalité. Avec tes amis, partez-vous un groupe de motivation, faites votre Yoga en Facetime, encouragez-vous positivement à travers un concours de burpees. Assume-le négatif, emmagasine le positif.

Étape 4 : Ne jamais comparer notre relation à celle des autres


On est tous dans le même bateau, oui, mais on est aussi tous différents. Tu n’entendras jamais Dr Phil dire: «Comparer ton couple avec celui de ta meilleure amie, c’est vraiment une bonne idée ». Pourquoi? Parce qu’on a tous, évidemment, des caractères, des forces et des faiblesses différentes, ce qui fait que chaque combinaison de deux personnes est un mélange unique. Ta relation avec la motivation aussi. Je n’ai pas les mêmes objectifs que mon frère, je n’ai pas la même énergie que ma cousine et je n’ai pas les mêmes mollets que mon voisin. Je n’aurais donc pas les mêmes résultats ni le même parcours. Se comparer, c’est se nuire, c’est se critiquer inutilement et se mettre de la pression toxique. Apprends à connaitre comment ta motivation à toi fonctionne, accepte-la et embrasse ses forces et ses faiblesses à elle aussi.


Étape 5 : Faire de son mieux pour entretenir notre relation


Du haut de mes 23 ans et avec toute l’honnêteté du monde, je vais te confier un secret : ça ne sera pas facile. Jamais. Pire secret au monde, hein? J’ferai pas fortune avec ça. Construire et maintenir une relation saine, c’est un travail constant, ardu, demandant. Mais c’est important de toujours faire de ton mieux pour t’aider à rester motivé. N’attend pas que ça te tombe dessus, que ça vienne tout seul, sans effort. Motive ta motivation. Trouve tes trucs à toi. Ça ne fonctionnera jamais à coup sûr, mais assure toi de toujours essayer.


Investir dans ta relation avec la motivation, ça nécessite de l’énergie, de l’amour et du temps. Non, c’est pas facile, mais si j’peux te confier un deuxième secret, c’est que maudit qu’ça vaut la peine. Parce que s’il y a bien UNE différence que j’ai pu trouver entre ta relation avec la motivation et tous les autres types de relation, c’est que tout l’énergie, l’amour et le temps que tu y investis : ça te revient à toi et juste à toi. À 100%. Pis d’après moi, il n’y a pas juste Dr Phil qui te dirait que ça, c’est vraiment une bonne idée.