Rechercher
  • Julien Auclair

JE SUIS UN PARESSEUX ACTIF



Ouin, c’est ça. Je suis paresseux, mais je me tiens actif quand même.

En dedans de moi, il y a 2 Julien. Le premier s’entraîne 3-4 fois semaine, bois 3-4 litres d’eau chaque jour. Il mange moins de viande et regarde la balance chaque matin. Il court, il joue au hockey aussi. Il fait de la mobilité. Il est actif.


Le 2e, lui, opelaye. Il adore gamer. Il peut écouter Avengers: Infinity War avec du poffcorn, chaque jour. Il aime le gin épicé, la bière rousse et le fromage cheddar doux. Il trempe genre tout dans d’la mayo. Il se couche tard. Il bouge pas binbin.


Depuis que je suis p'tit, c’est un duel sanglant entre les 2 pour prendre le contrôle. Ceux qui me connaissent savent que la grande partie de ma vie, c’est le 2e qui avait les deux mains sur le volant. Malbouffe, alcool, peu d’entrainement, peu de confiance et bin du laisser-aller. Ma relation avec le bien-être était, on pourrait dire, couci-couça.


Le 1er, appelons-le l’Actif, il faisait son possible pour cohabiter avec l’autre. Y’est bin fin, il essayait d’aider l’autre. Du hockey (mais avec de la bière), un abonnement au gym (mais jamais de motivation tsé). Bref, il faisait son possible pour essayer d’équilibrer le ‘’bodé’’. L’affaire c’est que le 2e, le Paresseux lui, y'est pesant. Pas facile à tasser. Mais même lui, un moment donné, c’était beaucoup pour ses petits genoux. Le début de la vingtaine pis l’université, ça pas été facile. Les 2, en dedans, y'étaient bin fatigué. Y'étaient à boute.


C’est là que les 2 se sont levés. Ensemble, pour s’aider. C’est là, que votre thérapeute préféré, Frédérik, monsieur Umob, mon bon chum, m'a traîné de force pour essayer quelque chose que jamais, AU GRAND JAMAIS, je pensais essayer.


Le Crossfit.

Non, je suis pas un autre fatiguant qui va te jaser de Crossfit. Mais depuis que j’ai essayé cette bibite là, ma vie, elle a changée. Du tout au tout. Oui, il y a eu du changement au niveau de la balance pi de ma taille de jeans. Mais c’est pas ça l’important.


« C’est le bien-être. C'est ce que ce sport m'a apporté »


Ça me fait du bien. Bouger, ça fait du bien. Ça me fait bien « feeler ». Me fait respirer. Décrocher. Pendant que je bouge/saute/meurs/grimpe/cours, je ne pense à rien. J’oublie tout. Le stress à job. Le trafic. Le p'tit gossant hier soir sur COD. Même, le maudit Corona virus. Même si je déteste ça pour mourir. À chaque fois que je vais au gym, que je cours dehors, que je m’installe dans le salon sur mon p'tit tapis Lululemon, ça me tente pas. Je chiale. J’ai mal. Je sue. Beaucoup. Je sue vraiment beaucoup. Je respire fort aussi. Mais je continue.


Ça me discipline. Il faut que je sois à l'heure au gym, prêt pour ma session. Mais ça m'a apporté aussi une discipline au niveau des entraînements, des étirements, de la nutrition, du sommeil. J'ai appris que tout ça, c'est relié. Pas obligé d'être intense comme un olympien, mais être un peu plus discipliné dans ton mode de vie, te rend plus en santé. Pis être plus en santé te donne le gout d'être plus discipliné dans ton mode de vie...C'est toute connecté ça.


Ça me donne confiance. C'est certain que ça l'aide. Oui, c'est sur que ça donne confiance de pouvoir enfin porter le t-shirt trop serré que tu aimais, mais que tu as acheté trop tôt pis que t'as jamais osé porter. Mais c'est plus que ça. Ce sport, comme tous les sports, ça boost la confiance. Après une belle performance, après une compétition. Hey, je me rappelle le feeling que j'ai ressenti en dedans quand j'ai enfin réussis mon premier pull-up ou la fois que j'ai gagné une compétition l'été dernier (niveau amateur là, on se calme). Les petites victoires. Les meilleures.


Ça me fait rencontrer du monde. Le Crossfit, comme presque tous les sports, permet de créer des liens. Toute mon enfance, mes amis, c'était mes coéquipiers. Si je n'avais pas jouer au hockey, j'aurais été pas mal déjà en quarantaine. Mais le Crossfit c'est différent, car tu rencontres des gens de tout genre. T'es jamais avec le même monde. Tu peux échanger des trucs avec des athlètes ou discuter du quotidien avec des jeunes parents. Rencontrer des gens. Des amis mêmes. Et te dépasser avec eux. C'est ça, selon moi, le plus beau du sport.


Ça me sort de ma zone de confort. Ça c'est certain. Le nombre d’exercices qu'on fait que je comprends pas pi que j'aurais jamais fait tout seul. Mais je fonce. Pi je tombe. Pi quelques mois plus tard, WOW, je réussi à le faire. Et là, je suis fier.


Le sport m'apprend, tous les jours, à être une meilleure personne.


Je suis loin d’être le meilleur. Dans mes sessions au gym, je me fais torcher par bin du monde. Mais je suis toujours là. Je continue car le feeling qui vient après, il en vaut la peine. Le feeling de te sentir bien. D’avoir fait sortir le méchant. D’avoir eu un ptit break mental. Un sentiment d’accomplissement qui fait du bien.


Et tout ça, j’en ai besoin. C’est bon pour les 2 Julien en dedans de moi, tsé. L’Actif évidemment il est bin content. Mais même le Paresseux. Ça lui fait du bien. Il se sent moins mal de manger 14 croquettes de poulet trempées dans un mélange mayo/sriracha en regardant Occupation Double (sans aucune honte). En plus, il dort mieux.

Tout le monde veut ça. Se sentir mieux. Se sentir Bien.


Pendant la quarantaine


La crise qu’on vit actuellement, c’est toff. Pour certains encore plus que d’autre. C’est dur sur le corps, mais surtout sur le mental. Dans mon cas, personnellement, c’est plus dur que j'aurais pensé. L’anxiété de pas trop savoir ce qui va arriver, c’est pas facile. Mais j’essaie de m’aider. J’essaie de m’entraîner à tous les jours et j’essaie de garder une belle routine de sommeil et des bonnes habitudes de vies. Genre de pas boire de bière à 13h le mardi, tsé. J’essaie.

Mais toi, pendant la crise, tu veux commencer à bouger? GO. Profites-en. Mets toi pas de pression. Commence pas à te dire que tu vas courir 10km chaque matin à 6h pi que tu vas faire des squats avec ton divan. Vas-y à ton rythme. Tranquillement. C’est le temps idéal pour ajouter un p'tit quelque chose pour t’aider à te sentir mieux. Écoute pas juste ton Paresseux! Une p'tite course. Un peu d’étirement. Rien de stressant. C’est le moment parfait pour commencer une nouvelle routine santé. Dans un optique de mieux-être.


Question de profiter de cette situation du mieux qu’on peut! On lâche pas!


Salut là!